Récits des sorties

I feel Goudes - ou le CR d'un grand week-end dans les Calanques

Séjour de quatre jours dans les Calanques, plus particulièrement dans le secteur des Goudes.

Il y a eu comme promis du soleil, mais aussi quelques nuages et un petit peu de pluie.

Il y a eu les grandes voies, les couennes, les manips’ de corde et des “premières”... mais sûrement pas des dernières !

Il y a eu l’accueil aux petits oignons par Mélisande et Nicolas arrivés la veille pour sympathiser avec la proprio du gîte.

Il y a eu le rire de Sophie, la “zénitude” de Lambert, les réveils difficiles d’Ilias.

Il y a eu les petits plats faits maison, également le mauvais vin, mais pas de vin mauvais !

Il y a eu le symptôme de “l’ivresse des hauteurs” d’Hubert, celui ci s’avançant seul à vive allure, comme possédé par les sommets.

Il y a eu “l’ivresse du large” de Françoise, celle ci ne résistant pas à un bain improvisé face au soleil couchant.

Il y a eu la Fissure des Géants, un beau 6b repéré par Fred, et ouverte par Nico et Gilles.

À voir notre mine, on a passé un bon moment !*

 

M, F, S, F, H, I, N, G & L

 

* Si vous en voulez d’autres :

C’est un séjour où l’on s’est bien soulés d’écailles.

Malgré les courbatures, il l’assure sans se masser.

 

IMG 20160326 072903

La vue depuis la terrasse

Lire la suite : I feel Goudes - ou le CR d'un grand week-end dans les Calanques

Construction d’un igloo aux Aiguilles d’Arves, récit d’un stagiaire par Tom B

Un jour blanc et tout fout le camp ? Et bien non, notre équipe de valeureux randonneurs en ont profité pour jouer à cache-cache avec les Arvas dans la neige.

Alors nous voilà armé de pelles et de sondes dans un terrain de jeux concocté par nos charmants organisateurs. Au départ, un peu fébriles, on se dit qu'il faut être efficace, car après 15 minutes la chance de survie des victimes s’amoindrie grandement. On se dit que 15 minutes, c'est vraiment pas beaucoup. Ça s'organise, ça se concerte, on se sécurise pour éviter le sur-accident. Et là on dévale la pente (sur 10 mètres), on déchausse ; la croix de recherche annonce le départ des renforts armés de pelle et de sonde. Un vrai champ de bataille se crée, les soldats pellettent comme si la vie d'un de leur camarade en dépendait, et en quelques minutes à peine les sacs à dos sont sauvés ! Ouf !! Sur un ton presque blagueur, notre Adam national nous fait part de son expérience de maison nordique. On ne va pas en rester là, il faut bien dépenser toutes les calories ingurgitées ! Quelques personnes un peu septiques ne croient pas qu’il suffit de faire un gros tas de neige, d’y déposer quelques sacs et d’y re-balancer de la neige pour y confectionner un abri. Qu’à cela ne tienne ! Et autant voir les choses en grand ! On dessine alors un cercle de près de 5 mètres de diamètre, on pellette jusqu’à plus soif… on dépose nos 5 petits sacs, on repellette, on se relaie. Voilà le tas finalisé. Il ne « reste plus » maintenant qu’à creuser ! Adam joue au Fox terrier et laisse sa place à Tom qui joue au spéléo. Entièrement sous la neige, la neige se tasse dans un grand bruit… plus personne ne bouge. Le manteau neigeux s’étant stabilisé et le coup de flippe passé, c’est reparti ! L’autre équipe qui faisait mumuse au manège « montée, descente » nous rejoint et nous prête main-forte. Elsa remarque que le rythme d’excavation s’accélère en s’écriant « ah, mais ce n’est pas possible, il doit y avoir Adam et Robin là-dedans ». Tout effort mérite récompense et quelle récompense ! Notre nouvelle demeure (temporaire) nous tient chaud. Et c’est l’heure de l’apéro !

arves groupe3

Qui aurait cru qu’on pourrait faire la fête debout à 14 dans une grotte en neige ? C’est la meilleure soirée « boîte » de ma vie ! Pour ce qui est du séjour, de magnifiques paysages qu'on ne regrette pas, des ascensions bien pentues dans une neige très bizarre, mais surtout... j'ai encore appris que dans ski de rando, il y a "ski"... je n'ai vraiment pas fait le fier dans les descentes.

Week-end de ski de rando aux aiguilles d'Arves : du 29 janvier au 1er février 2016

 

arves groupe2
 
Résumé
Encore une fois, l'adhérent G13 n'a pas failli à sa sympathique réputation. La sortie constituée initialement de membres qui se connaissent plus ou moins est très rapidement devenue un week-end entre amis, où chacun a eu sa place. Un groupe très soudé et super cool, deux jours d'un temps magnifique dans un contexte montagnard exceptionnel (samedi et lundi), un refuge perché pour nous tous seuls, un dimanche blanc rempli d'activités diverses où on ne voyait plus nos dents dans le brouillard tellement qu'on a rigolé.
 
La suite : ici
arves groupe

 

Hauteroche ou ma première sortie en falaise (Retour WE nettoyage du 26-27 septembre)

 

Ma première sortie avec Grimpe 13, c’était le weekend grimpe et nettoyage de falaise à Hauteroche. Hauteroche, c’est une falaise située au beau milieu de la Côte d’Or, non loin d’Alésia, là même où Vercingétorix jeta les armes aux pieds de César au premier siècle avant notre ère. Chaque année, les clubs parisiens, dont Grimpe 13, sont invités à contribuer aux travaux de rénovation des voies et des chemins aux alentours, sans quoi cette falaise, plantée au milieu de la campagne bourguignonne, deviendrait rapidement impraticable.

hauteroche

 

Hauteroche, c’est aussi un nom que l’on entend bien vite s’échapper de la bouche des grimpetreizien-n-e-s lorsque l’on commence à passer un peu de temps avec eux. A les écouter, on devrait rapidement se rendre à l’évidence qu’il vaut mieux être chevronné pour « enchaîner une voie » dans la gammes des « dalles », des « dièdres », et des « couennes » en « départ assis » ou « en tête ».

Lire la suite : Hauteroche ou ma première sortie en falaise (Retour WE nettoyage du 26-27 septembre)

Vous êtes ici : Accueil Les sorties Les récits